Pour ne pas augmenter les impôts en dépit des surcoûts.  

0

Aujourd’hui, la communauté de communes Chinon, Vienne et Loire est obligée de chercher des solutions pour limiter la hausse de la facture énergétique des bassins aquatiques. Rien n’est décidé pour l’instant, mais nous étudions la possibilité de fermer provisoirement la piscine de Chinon pendant 4 mois de janvier à fin avril 2023, le surcoût énergétique des seuls équipements aquatiques estimé à 800 000 € passerait alors à 700 000 €.  

Cette recherche de maîtrise de notre consommation énergétique se place dans un souci de garantir un service public de qualité. Ainsi, ce service doit répondre à la nécessité d’accueillir les nageurs adultes abonnés ou non, les scolaires, les clubs, les nageurs atteints de maladies chroniques, les nageurs porteurs de handicaps, les parents de jeunes enfants (bébés nageurs). 

C’est pourquoi, nous rencontrons actuellement tous les acteurs actifs de la piscine de Chinon et d’Avoine pour étudier en concertation avec eux ce qui pourrait être mis en place pour apporter un service en conformité à leur demande. A la suite de ces rencontres, nous proposerons des solutions pour conserver au mieux, compte tenu du contexte, notre service public de qualité.  

Néanmoins, le fonctionnement d’un seul équipement au lieu de deux nécessitera de faire des choix difficiles qui seront partagés avec tous les acteurs. Dans ce cadre, nous avons choisi de privilégier l’accueil des publics de notre territoire et par conséquent les écoles extra-communautaires ne pourront malheureusement plus bénéficier de créneaux à la piscine d’Avoine pendant cette période hivernale.  

Notre mission est de préserver au mieux les services à nos concitoyens, compte tenu des charges abyssales qui s’annoncent. Pour cela, nous savons pouvoir compter sur l’engagement de chacun. Notre volonté est de ne pas recourir à l’augmentation du taux d’imposition du foncier bâti, c’est tout l’enjeu qui consiste à faire face à la crise actuelle que nous espérons conjoncturelle.